Le Printemps


Il est enfin là, le printemps tant attendu. Et si cette saison est sans doute la plus réjouissante de l'année, elle n'est hélas pas sans danger pour nos amis à 4 pattes.

1. Tiques, Puces, Aôutats, moustiques...
2. Les chenilles processionnaires
3. Les serpents
4. Les plantes toxiques
5. Les insecticides
6. Les allergies

Tiques, Puces, Aôutats, Moustiques

La remontée des températures s'accompagne inévitablement de la réapparation des puces, qui connaissent un pic de recrudescence à cette période.
La tique profite elle aussi du retour de la chaleur pour empoisonner la vie de votre animal.

La tique, qui se trouve dans les forêts et dans les jardins, peut transmettre des maladies canines graves, comme la piroplasmose ou la maladie de Lyme...
Il existe plusieurs traitements possibles, comprimés, poudre, spray, colliers anti-parasitaire que vous trouverez chez votre vétérinaire. 

Les Chenilles Procéssionnaires

Les chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa) colonisent les pins dans de nombreuses régions, y compris en Ile de France. En mars, avril,mai les chenilles descendent des arbres en une longue procession pour aller sʼenfouir dans le sol plusieurs dizaines de mêtres plus loin. Les chenilles sont recouvertes de poils extrêmement urticants. Ils se détachent facilement dés que la chenille est inquiète, libérant une substance très irritante. Surtout, ne jamais toucher les chenilles avec les mains !
Gravités :
C'est une vraie urgence vétérinaire. La substanceirritantelibérée par les poils des chenilles provoque irritation de la peau, de la langue, des yeux, des bronches... pouvant aller jusqu'à une mécrose avancée nécessitant des amputations. Sur des animaux (ou des gens) allergiques des réactions violentes (œdême de Quincke, choc anaphylactique) peuvent mettre en jeu le pronostic vital.
 
Principales causes : 
La curiosité du chien le pousse à lécher les chenilles qui sont au sol. Les poils urticants entrainent alors  une nécrose grave.
 
RÉVENTION :
Il existe plusieurs types de prévention :

En fin d’hiver, mise en place de pièges le long des troncs des pins qui ont un nid. En descendant le long du tronc, les chenilles seront capturées dans un sac en plastique. Les pièges doivent être bien posés et suffisamment en hauteur pour éviter qu’un enfant ou un animal puisse y avoir accès.

Piège permettant de capturer les chenilles qui
descendent de l’arbre pour aller s’enfouir
 
Si vous voyez des nids dans les pins, signalez les à votre Mairie qui peut mettre en place des plans d’intervention adaptés. Ne retirez surtout pas les nids vous-même.
 
Eco-prévention : l’amélioration de la biodiversité permet de mieux contrôler les populations de chenilles. Il est ainsi conseillé de poser des nichoirs à mésanges. Cet oiseau insectivore adore dévorer les chenilles processionnaires.

Planter des feuillus en lisière des forêts de pin, en particulier des bouleaux qui émettent des odeurs répulsives.