How ?

L'emplacement

Choisissez un emplacement spécifique, réservé au toilettage.

L'idéal est d'utiliser une table - ou un plan de travail - suffisamment stable et à bonne hauteur pour y installer votre compagnon.

Veillez à ce que la table soit recouverte d'une surface antidérapante - un tapis de voiture en caoutchouc par exemple - pour que votre animal ne glisse pas et se sente en sécurité.

Psychologiquement, en soulevant votre chien du sol pour le mettre debout sur une table, vous l'arrachez à son territoire pour le transférer sur le vôtre.
Il va donc réaliser qu'il est désormais dans votre espace et qu'il doit avoir davantage de considération pour vous.

La séance de toilettage ne doit pas être considérée comme un jeu mais doit être menée avec sérieux, douceur et concentration.

Plus...

Le Matériel de Toilettage

On ne saurait faire de bon travail avec un mauvais matériel. Hélas, le matériel de toilettage de qualité n’est pas facile à trouver. Et pour cause, les brosses, peignes et autres ciseaux disponibles dans le commerce sont destinés à un usage occasionnel, insuffisants dans le cadre d’un toilettage sérieux et régulier.





Sachez que vous trouverez du matériel de qualité directement
chez TOUTOU LOOK. (voir rubrique "espace vente")
 C'est le même matériel, efficace et durable, que j'utilise tous les jours.

Plus...

Le Brossage

Le Démêlage (qui en l’absence de nœuds est en fait un brossage) est un acte fondamental du toilettage. Il en est même la première et la plus simple expression.
Notamment avant le bain, où tous les nœuds, ou du moins leur immense majorité, doivent avoir été retirés. Sinon, c’est la catastrophe, les nœuds se resserrent sous l’effet de l’eau, puis au séchage, et la tonte devient alors l’unique solution...
Démêlez couche par couche
Concrètement, vous voici devant votre chien. Commencez par étriller vigoureusement à l’aide de la carde dure, en prenant soin d’avoir un mouvement très rapide mais peu appuyé, qui va permettre
 à la carde
 
de démêler couche par couche, sans que ses picots ne se coincent dans des nœuds plus profonds. La vitesse est primordiale, et l’on est souvent inquiet de voir un toiletteur professionnel manier la carde, car il donne l’impression de frotter le chien sans aucun ménagement.
En fait, le geste est très rapide mais ne va pas jusqu’à la peau. Il est donc efficace sans être dangereux. Cette opération fait d’ailleurs un bruit caractéristique, celui des picots de la carde qui accrochent le poil en surface et le démêlent, dans les deux sens (dans le sens du poil mais aussi à rebrousse-poil, notamment sur les pattes).
Puis procédez mèche par mèche
Lorsque vous voyez que vous avez bien « débroussaillé » la surface avec la carde dure, ou qu’au contraire vous ne progressez plus avec cet outil, vous pouvez utiliser
 le Démêloir ( Mat breaker)
 ou l’Etrille,
 
 mèche par mèche, en tenant le poil à la base de la peau pour que le chien ne souffre pas trop. Cela est long et contraignant, mais en attaquant chaque mèche à son extrémité
 pour remonter progressivement vers la peau à mesure que l’on démêle, c’est une méthode sûre et efficace.
Elle est aussi supportable pour le chien si l’on tient correctement chaque mèche pour ne pas tirer la peau en même temps que les poils. Lorsque vous avez enlevé suffisamment de bourre de cette manière, il est temps de repasser la carde dure avec les mêmes gestes rapides peu appuyés.
Une fois la majorité du démêlage effectuée, on passe
 le Peigne
 
pour « débusquer » les derniers nœuds cachés. N’oubliez pas de tenir le peigne perpendiculairement à la peau (à 90°), ce qui évitera de coincer les poils et de tirer inutilement.
La technique zone par zone
Si le corps (dos, flancs, croupe) ne pose généralement pas de problème, il faut prendre des précautions particulières avec certaines zones plus fragiles, moins accessibles, et donc plus difficiles.
Le dessus de la tête a une peau fine, et qui rougit très rapidement si on n’y prend pas garde. Une bonne solution consiste à procéder zone par zone, comme un coiffeur, en écartant progressivement le dessus du poil pour pénétrer et retirer les nœuds jusqu’à la peau.
Là encore, l’alternance de la carde, de l’étrille et du peigne assure la réussite. Pour atteindre les nœuds souvent sévères placés sous les oreilles, il faut maintenir celles-ci en l’air, à la main. L’accès au dessous du ventre se fait en tenant les pattes de devant (dans une main) et en dressant le chien sur ses pattes de derrière (on brosse ainsi de l’autre main).
Le haut des pattes (cuisses et épaules) se brosse sans trop de difficultés (sans toutefois trop appuyer) dans toutes les directions (vers le haut, à rebrousse-poil, vers le bas, dans le sens du poil, et sur les côtés). Pour le bas des pattes, il faut tirer la jambe en extension la tenant par le pied, et brosser rapidement de l’autre main, à rebrousse-poil. Ce qui permet, en outre, d’accéder à l’intérieur des pattes. Enfin, la queue sera fermement tenue à la base et soigneusement cardée puis peignée.
S’aider des ciseaux
Si vous vous trouvez face à des nœuds très difficiles, mais que vous refusez de tondre, vous pouvez utiliser les ciseaux, mais selon une technique bien précise ! N’allez pas purement et simplement couper le nœud à la base, horizontalement, car vous auriez alors un énorme «trou » totalement irréparable, et du pire effet.
Pour garder l’exemple des oreilles, fendez plutôt délicatement le nœud concerné dans le sens de la longueur (à la verticale), ouvrez-le (en l’écartant avec les doigts), puis démêlez-le avec l’étrille, et enfin le peigne. Procédez de même sur les pattes, où des nœuds coupés font souvent des trous catastrophiques !

Les Shampoings


Il n’est guère utile d’avoir la meilleure des méthodes pour toiletter votre chien, si vous utilisez des produits (et notamment shampoing pour chien) inadaptés. Or, la peau du chien diffère de la nôtre par sa structure, et son pH (potentiel hydrogène). D’une valeur à tendance acide chez l’être humain (5,5), il est neutre pour le chien (7).
On comprend mieux dès lors que des produits adaptés à une peau acide soient agressifs pour une peau neutre. Vous gagnerez à utiliser des produits de la meilleure qualité possible. Préférez les salons de toilettage, les Vétérinaires ou les magasins spécialisés pour vous les procurer, même s’ils y sont un peu plus chers qu’en grande surface. Leur qualité y est aussi très supérieure.

Là encore, le choix du shampoing pour chien à utiliser est entièrement dépendant du type de poil que vous allez laver. Certains chiens ont des peaux grasses, voire des séborrhées pathologiques, diamétralement opposées à des peaux sèches et fragiles devant être réhydratées, donc graissées.

Les shampoings protéinés, aux origines multiples (protéines de blé, d’amande, de soie, etc.) sont adaptés à tous types de poils. Ils sont généralement doux, efficaces, et hydratants. Ce sont les produits basiques d’un bain de qualité.
Les shampoings à base d’huile, végétale ou animale (jojoba, vison...), sont plutôt destinés aux peaux fragiles ou aux fourrures sèches ou manquant de brillance. Ils nourrissent peau et poil, redonnent de la vigueur et favorisent la pousse. Attention de ne pas les utiliser sur des peaux à tendance grasse. Sur le blanc, on peut préférer le jojoba au vison, afin de ne pas le faire jaunir.

Le shampoing antiparasitaire sera nécessaire si le chien présente des puces. Cependant, il est déconseillé de l’utiliser comme shampooing de base, car, à la longue, il agresserait la peau.

Enfin, il existe d’excellents shampooings pour poil dur, qui permettent de laver Terriers, Teckels ou Schnauzers sans amollir leur poil.
Sachez que presque tous les shampooings de qualité professionnelle sont vendus sous forme de concentré. Il convient donc de les diluer avant usage. La dilution idéale est parfois indiquée sur l’emballage.

Les après shampoings pour chien
Ces produits se divisent en trois grandes catégories. Les « démêlants », qui sont d’un secours tout relatif puisqu’il est indispensable de démêler avant de laver. Les « plombants » qui gainent et « alourdissent » le poil long et fin (Afghan, York, Lhassa...), lui donnant ainsi la brillance et l’aspect tombant propres à certaines races.
Enfin, les « volumes », qui au contraire décollent et font « bouffer » les poils doubles devant avoir un maximum de masse (Colley, Samoyède, Husky...).
Tous sont à appliquer sur un poil bien rincé et doivent agir plusieurs minutes, puis rincez soigneusement.



Le Bain

De tous les actes de toilettage, le bain est sans doute celui qui mérite le plus d’attention. C’est la base indispensable de toute toilette ultérieure.
Il s’applique à toutes les races.

Deux choses importent pour donner un bon bain : les produits et la méthode.

Les préparatifs du bain

Le plus simple consiste à utiliser votre propre baignoire, à moins que vous ne disposiez d’un bac à mi-hauteur spécialement aménagé. Préparez à l’avance tout ce dont vous aurez besoin, produits de lavage pour soins des poils du chien (shampoing pour chien, démêlant, lingettes...) , mais aussi matériel d’essorage tel qu’une serpillière synthétique ultra-absorbante, que vous trouverez très aisément au rayon « ménage » de n’importe quel magasin, et de séchage grâce à plusieurs serviettes-éponges propres et bien sèches.

Fermez portes et fenêtres, pour prévenir toute « évasion ». Un dernier mot de recommandation : ne lavez jamais un chien sans l’avoir préalablement préparé, surtout s’il est à poil long et emmêlé. En effet, sous l’action de l’eau, puis du séchage, les nœuds se resserrent formant alors un effet « ficelle » irréversible.

Commencer le bain

Placez doucement le chien dans la baignoire, dans le fond de laquelle vous disposerez éventuellement un tapis antidérapant qui lui évitera de glisser, donc de paniquer. Tenez fermement l’animal tout en lui parlant d’un ton posé et calme s’il s’agite ou tente de s’enfuir. Idéalement, il est utile de pouvoir attacher le chien.
 
La meilleure attache est latérale, c’est-à-dire un collier fixé à un piton dans le mur, ou éventuellement attaché à la base du robinet.

Les étapes du bain

Il faut complètement mouiller le chien de la truffe au bout de la queue. Attention, un simple coup de douchette est loin d’y parvenir. En effet, le poil de couverture qui constitue le dessus de la fourrure est quasiment imperméable !
l faut donc passer lentement la douchette (réglée sur un bon débit d’eau tiède) directement à la surface de la fourrure. Les poils de jarres, ainsi immergés, ne jouent plus leur rôle de barrière, et permettent à l’eau de pénétrer le sous-poil, jusqu’à la peau.
Mouillez donc selon ce procédé : la tête, le cou, le dos et la queue du chien, puis la poitrine, les épaules, les flancs, les cuisses, et enfin les pattes et le ventre. Lorsque la fourrure est correctement imprégnée, appliquez votre premier shampooing, préalablement dilué, sur la tête et le cou, le poitrail, le dos, les fesses et la queue, puis les pattes.
Faites mousser et rincez bien.

Faites un 2ème lavage avec un shampoing adapté à la race et/ou au type de poils. La dernière eau de rinçage doit être parfaitement claire.
Mal rincer équivaut à un poil terne qui semble parfois « brûlé » et entraîne souvent des irritations de la peau. Selon les races, le moment et l’effet recherché, le bain pourra se résumer à un seul shampooing, ou au contraire à une série de shampooings à « effets spécifiques », plus une crème ou un conditionneur spécial brushing.
La fréquence des lavages dépendent de son mode vie, de ses activités, de sa race et de son âge.

Dans la plupart des cas, 1 fois par mois suffit et à condition d'utiliser des produits adaptés et équilibrés qui n'agressent pas la peau et n'abîment pas le poil. (sauf avis de votre vétérinaire pour traitement)

L'usage des produits détergents, de savons ou de shampoings pour humains sont à proscrire absolument (ils n'ont pas du tout le même PH et ne leur conviennent pas du tout).

Plus...

Le Séchage

Après son bain, voici comment sécher le chien :
Plus il y a d’eau résiduelle dans le poil, plus l’essorage et le séchage du chien seront longs et laborieux. Essorez consciencieusement le chien à l’aide d’une serpillère absorbante, que vous viderez plusieurs fois de son eau.
À ce stade, laissez-le s’ébrouer s’il le souhaite, ce qui en retirera encore une bonne quantité. Insistez sur le bas des pattes, les pieds, les oreilles, la queue et le ventre, qui recèlent toujours d’importantes quantités d’eau.
Lorsque le chien vous paraît réellement bien essoré, achevez le travail avec une ou plusieurs serviettes-éponges bien sèches, sans oublier toutes les zones « à risque » précitées. Idéalement, un chien ainsi essuyé présente au plus une légère humidité au sortir de la baignoire, mais en aucun cas une sensation de « mouillé » lorsqu’on le caresse.
Le séchage et le brushing du chien
Le séchage est une opération délicate, car certains chiens ne supportent pas le séchoir électrique. La méthode idéale est celle du brushing. Elle permet, sur toute race, de réduire le temps de séchage en aérant le poil et sur les races à poil frisé de « détendre » le poil, qui forme alors une épaisse surface uniforme dans laquelle va s’effectuer la coupe aux ciseaux, véritable « sculpture ».
Si la fourrure n’est pas correctement préparée, la coupe sera plus difficile à effectuer, et son résultat médiocre. Le choix du séchoir pose donc un problème, car pour réaliser un brushing, il faut pouvoir tenir l’appareil, tout en laissant ses deux mains disponibles afin que l’une puisse tenir une patte, par exemple, et l’autre la brosse.
Les toiletteurs utilisent pour ce faire des séchoirs professionnels sur pieds ou munis d’un long tuyau, qu’ils coincent sous le bras, libérant ainsi leurs deux mains. À défaut d’acquérir ce type d’appareil, vous devrez vous contenter d’un séchoir à main. L’idéal est une soufflerie puissante, mais réglée sur chaleur moyenne (pour ne pas brûler le poil).
Attention également de ne pas tenir l’embout trop près du chien ! Pour effectuer un brushing, tenez le séchoir, et une carde douce. Sous le jet d’air chaud, brossez la zone traitée à petits coups rapides et à rebrousse-poil. Comme pour le démêlage, il ne faut surtout pas appuyer, ce qui ferait rougir la peau, mais opérer rapidement pour bien aérer et détendre le poil.
Sur les races à poil très long, il faut brosser dans le sens du poil, pour ne pas qu’il s’emmêle, éventuellement en l’écartant délicatement vers les côtés. Généralement, on progresse de l’arrière vers l’avant, puis du bas vers le haut des pattes et l’on termine par la tête et les oreilles. Si par bonheur vous possédez un séchoir à tuyau, séchez les pattes en les tenant en extension et en les brossant à rebrousse-poil, comme lors du démêlage. C'est ce qui donne les meilleurs résultats.
Dans le cas contraire, il faut bien pré sécher les poils des pattes en les frottant à la main sous le jet d’air chaud, puis arrêter le séchoir pour bien détendre le poil, et sécher à nouveau jusqu’à obtention d’un brushing satisfaisant. Le séchage doit être parfait jusqu’à ce que les zones « à risque » (oreilles, moustache, dessous de queue, intérieur des membres et bouts de patte) soient bien sèches elles aussi. On procède alors à un dernier brossage soigneux, et le chien est prêt pour les finitions.